Le problème de la douleur et de la qualité de la vie
 

Dans les pays industrialisés, le prolongement de la vie moyenne et l'évolution chronique des pathologies aiguës sont en train de créer un grand pourcentage de patients atteints de maladies chroniques à issue fatale, qui en phase terminale, comportent un état de souffrance caractérisé par une douleur grave et continue et par des symptômes physiques et psychologiques, qui s'étend à la sphère sociale et spirituelle.

L'amélioration de la qualité de vie devient pour ces malades le seul objectif possible.

La réponse sanitaire spécifique pour les besoins des malades inguérissable est l'ensemble de soins connus comme Soins Palliatifs, dont le but est l'aide au malade en phase terminale, en intervenant simultanément sur tous ses besoins physiques, psycho- cognitifs, sociaux et spirituels.

Le soins palliatifs sont le soin actif global et multidisciplinaire des patients atteints par une maladie qui ne répond plus aux traitements spécifiques et dont la mort est la conséquence directe.

Le control de la douleur, des autres symptômes et des problèmes psychologiques, sociaux et spirituels est d'une importance fondamentale.
Le but des soins palliatifs est la meilleure qualité de vie possible pour les patients et leurs familles.

Les soins palliatifs reconnaissent la mort comme un processus naturel, qui ne doit être ni accéléré ni empêché. Puisque cette souffrance est également partagée par la famille, celle-ci aussi doit être aidée, autant dans l'assistance au malade qu'en période de deuil.

 

L'Histoire

 

Le soins palliatifs naissent du "Mouvement Hospice".

La fondation en 1846 de l' "Our Lady Hospice" de Dublin, consacré expressément à l'hospitalisation des malades mourant, est due à Mary Aikenhead. Bientôt les "hospices" se multiplièrent en Angleterre ("Hostel of God", "St. Luke's Hospice", "St. Joseph Hospice"), en France (Les dames du Calvaire) et aux Etats Unis (Calvary Hospital de New York). La "Marie Curie Foundation" commença à organiser, au début des années '50, des services d'assistance infirmière à domicile et des lieux d'accueil (les "Marie Curie Homes"). Depuis lors les "hospice" se sont développés en Grande Bretagne autant en nombre qu'en qualité surtout grâce au travail de Dame Cicely Saunders, avec la fondation à Sydenham du St. Christopher Hospice, la souche des "hospices" modernes.

En 1974 le "Connecticut Hospice" et, à New York, le "St. Luke's Hospital", commencèrent à fournir une assistance à domicile.
En 1988, on a fondé L'European Association for Palliative Care (EAPC).

Les programmes de soins palliatifs et les "hospices" sont aujourd'hui présents dans plus de 70 pays. Les soins palliatifs sont entrés dans le système sanitaire public de nombreux de pays et on a créé la spécialisation en Médecine Palliative dans les facultés de médecine de ces pays.

 

La situation en Italie

 

L'Italie à été un des premier pays d'Europe à suivre cette direction. On crée déjà au début des années 80, stimulée et soutenue financièrement par la Fondation Floriani de Milan, la première "Unité de Soins Palliatifs" (USP) au sein de l'Istituto Tumori de Milan, suivie de la création des Unités de Crémone et de beaucoup d'autres villes.

Leur activité, essentiellement à domicile, a servi de modèle pour beaucoup d'USP, publiques et privées, dans plusieurs régions italiennes.

Au cours des années 80, on fonda la Société Italienne de Soins Palliatifs (SICP), qui rassemble aujourd'hui plus de 1600 membres, et l'Ecole Italienne de Médecine et Soins Palliatifs (SIMPA) qui a formé des centaines d'opérateurs sanitaires.

 

Home | Mission | Organization | Adresses | Soin Palliatif | Staging | EoLO | Documents | Reports | Links | News | Joignez | E-mail | Italiano | English | Disclaimer | Copyright

Copyright © 2002-2017 Institut de Recherche en Médicine Palliative "Lino Maestroni" Fondation - Cremona, Italie